Suivez-nous sur Facebook!

L’informateur – mai 2018

LE SCFP, Le choix santé !

Campagne d'affiliation syndicale «Le choix santé»Des gains nets dans trois catégories et une vague d’appuis inégalée pour le SCFP

Campagne d’affiliation syndicale «Le choix santé»
Des gains nets dans trois catégories et une vague d’appuis inégalée pour le SCFP

Ce jeudi, le SCFP a conclu la grande campagne d’affiliation syndicale dans la santé et les services sociaux en remportant le tout dernier dépouillement. Les quelque 2400 membres de la catégorie 4 du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal sont devenus officiellement membres du SCFP.

Auparavant, le SCFP représentait seulement 221 membres dans ce groupe, soit 9%. Cette progression fulgurante entre le nombre initial de membres et le nombre de votes reçus est emblématique du succès de la campagne «Le choix santé» du SCFP.

Au départ, le SCFP avait environ 14,200 membres en jeu dans cette campagne, et au final, il remporte près de 18,000 membres. À noter qu’au total, le SCFP a recueilli près de 19,000 votes. De tous les syndicats en lice, il est le seul à obtenir davantage de votes qu’il ne comptait de membres au départ.

Le SCFP est aussi le seul syndicat à obtenir des gains nets de membres dans trois catégories d’employés du réseau, soit les catégories 2, 3 et 4.

«Nous félicitons l’ensemble des militantes et militants qui se sont investis à fond dans cette campagne sans précédent. En termes de votes remportés au-delà de notre membership, nous terminons en première position. Nous nous sommes taillé cette place en tant que grand syndicat qui représente des membres dans une multitude de domaines et de secteurs», a expliqué Serge Morin, directeur adjoint du SCFP au Québec.

«Maintenant, nous allons nous empresser de mettre sur pied les nouvelles structures syndicales et de tenir tête de plus belle au gouvernement. Les travailleurs et travailleuses de la santé vont resserrer les rangs et défendre les services à la population ainsi que leur qualité de vie au travail. Barrette et Couillard ne réussiront pas à nous diviser», a lancé Pierre Soucy, président du Conseil provincial des affaires sociales (CPAS) du SCFP.

Rappelons que la réforme Barrette a entraîné la fusion de 182 établissements de santé et de services sociaux du Québec pour qu’il n’en reste que 34. En raison de ce grand bouleversement du réseau, un vote d’allégeance syndicale a eu lieu du 30 janvier au 24 février. Près de 200,000 travailleuses et travailleurs du réseau ont donc voté par la poste pour se choisir un nouveau syndicat.

Rappel des autres gains du SCFP

Le lundi 3 avril, le SCFP a remporté le vote dans la catégorie 2 du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, qui compte 2990 membres.

Le 29 mars, les 1691 membres de la catégorie 3 du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal ont officiellement choisi le SCFP.

Le 23 mars, le SCFP a gagné la catégorie 3 du CISSS de la Montérégie-Ouest, qui compte 1039 membres.

Le 22 mars, le SCFP a remporté le scrutin dans la catégorie 2 du CISSS du Bas-Saint-Laurent, qui regroupe environ 2100 membres.

Le 21 mars, il a gagné la catégorie 2 du CISSS de la Montérégie-Ouest, qui compte 2327 membres.

Le 9 mars, il a obtenu deux autres victoires, soit dans la catégorie 2 du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, qui compte 4625 membres, ainsi que dans la catégorie 3 du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue, qui compte 867 membres.

Le CPAS souhaite la bienvenue !

La Revue: des nouvelles fraîches du secteur des affaires sociales

Au terme d’une longue campagne de maraudage qui a pris fin au printemps, le CPAS a réalisé un gain net de 4000 nouveaux membres dans le secteur de la santé.

Le président du CPAS, Pierre Soucy, profite de la publication de La Revue pour officialiser son départ à la retraite après 38 ans de service dans le réseau de la santé et 25 ans de syndicalisme. «Ce fut un immense plaisir d’avoir fait la route avec vous. Vous représenter a été un honneur», écrit Pierre.

Les membres du secteur devront donc choisir un nouveau président ou une nouvelle présidente lors du congrès de secteur prévu du 24 au 26 octobre prochains à Rimouski.

Aussi à lire dans La Revue, un rappel des principaux événements de la dernière année marquée par le maraudage en santé qui a été imposé par le gouvernement.

La campagne s’est soldée par des gains, mais des militants fidèles ont dû quitter le SCFP et le secteur des affaires sociales leur rend hommage dans sa plus récente publication.

À ne pas manquer également, un portrait touchant de Frédéric Bisson et Pierre Bureau qui ont parcouru près de 13000 kilomètres à travers la province au volant de l’ambulance du CPAS en appui à la campagne de maraudage. Les deux collègues étaient de toutes les manifestations et ne comptaient pas leurs heures quand venait le moment de soutenir les militants sur le terrain.

«On s’est battu pour un syndicat, mais avant tout, on s’est battu pour un idéal auquel nous croyons», témoigne Pierre.

Plus de détails dans La Revue.

Campagne CLSC

Visiter le site CLSC la vie pour le maintien  des services publiques !

http://clsclavie.ca/

«Vider mon CLSC c’est me priver de soins» Le SCFP lance une campagne à la défense des CLSC

Montréal, le mercredi 8 juin 2016 – Ce mercredi devant le CLSC de Rosemont, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) a lancé une campagne en faveur des CLSC. Au cours d’une manifestation, le SCFP a dévoilé les couleurs et le contenu de cette campagne à la fois publicitaire et politique.

Durant les prochaines semaines, des publicités web sous le thème « Vider mon CLSC c’est me priver de soins » seront diffusées sur différentes plateformes. Elles mèneront au site CLSClavie.ca, qui détaille les enjeux et permet aux citoyens d’envoyer un courriel à leur député pour réclamer son intervention.

Selon les porte-parole des membres du SCFP travaillant dans les CLSC, le ministre de la Santé Gaétan Barrette est en train de vider les CLSC vers les groupes de médecine de famille (GMF) et les organismes à but non lucratif (OBNL). Ce faisant, entre autres résultats néfastes, il détourne des ressources publiques au profit d’intérêts privés, réduit les services universels offerts par le réseau public et contribue à la réduction générale de l’accessibilité.

«Les CLSC sont irremplaçables. Ils permettent d’accéder directement à toutes sortes de soins et de services. Ils offrent des soins à domicile, des services aux ados en détresse, des consultations avec des psychologues, travailleurs sociaux, nutritionnistes, ergothérapeutes, physiothérapeutes, etc. C’est une porte qui est particulièrement importante pour les plus vulnérables. Cette porte-là, le ministre Barrette est en train de la fermer», selon Simon Beaulieu, président de la section locale 3247 du SCFP au CSSS Jardins-Roussillon et vice-président régional du Conseil provincial des affaires sociales (CPAS).

«À l’automne 2015, sans débat public, le ministre Barrette a émis une directive qui oblige les établissements du réseau public à fournir du personnel aux GMF. Par cette directive, des employés du réseau public, toujours payés par le public, seront mis à la disposition des GMF, qui sont des entreprises privées! Le ministre utilise donc des fonds publics pour financer des établissements privés», a dénoncé Karine Cabana, conseillère syndicale au SCFP.

«Le gouvernement libéral transfère plusieurs services publics des CLSC vers des OBNL. Ces derniers se trouvent donc à prodiguer des soins de santé tels que les soins à domicile. Ce que ça veut dire, c’est que le gouvernement et le réseau public prennent leurs distances et se déresponsabilisent en douce. C’est une pente savonneuse vers la privatisation», a expliqué Marco Lutfy, président de la section locale 4713 du SCFP au CSSS Lucille-Teasdale.

Comptant plus de 110,000 membres au Québec, le SCFP représente 19,600 membres dans le secteur de la santé et des services sociaux au Québec. Le SCFP est de plus présent dans les secteurs suivants: les communications, l’éducation, les universités, l’énergie, les municipalités, les sociétés d’État et organismes publics, les transports aérien et urbain, ainsi que le secteur mixte.